Une journée de shooting « produit », ça se passe comment ? 

Les coulisses du shooting réalisé pour Lion and the Lily

 

Mais c’est que ça faisait une éternité que je ne vous avais pas dévoilé les coulisses d’un shooting par ici ! Il était temps d’y remédier ! 

Aujourd’hui je vous raconte les coulisses d’une journée de shoot intense, réalisée pour Lion and the Lily, une gamme de vin développée par Les Vignerons de Tutiac

Si je vous dis intense, c’est que nous avons créé ensemble une année de contenu pour leur compte Instagram en une journée de shoot. Oui oui, une année ! 

Je vous raconte ? 

Le contexte

Commençons par le commencement, bien connaître son client c’est essentiel ! En tout cas pour moi c’est indispensable. 

Même si évidemment il est impensable d’arriver sur un shoot de cette envergure sans être préparé un minimum, je me fixe toujours pour règle d’apprendre à connaître mon client, son entreprise, ses valeurs et ses enjeux avant la séance photo. Ça me semble un prérequis indispensable pour pouvoir retranscrire tout ça en images. 

En l’occurrence, je connais déjà bien les Vignerons de Tutiac, pour qui je travaille depuis quelques années. Par contre, je ne connaissais pas la gamme Lion and the Lily, que je n’avais jamais photographié auparavant. 

Vous ne connaissez peut-être pas non plus, alors je vous explique : 

Les Vignerons de Tutiac, c’est une coopérative regroupant 700 vignerons sur 5200 hectares (oui oui 5200 !!). Avec une telle diversité de terroirs et de cépages, cela leur permet de créer une large gamme de vins, adaptés aux goûts des consommateurs sur les différents marchés. 

Lion and the Lily est justement une de ces gammes !

Orienté pour le marché anglo-saxon (USA, Canada, UK) mais aussi Europe et Asie, Lion and the Lily c’est d’abord et surtout un vin rosé. Tutiac étant reconnu à Bordeaux comme le spécialiste du rosé depuis de nombreuses années. 

Depuis peu, c’est également un rouge (assemblage de merlot et de cabernet sauvignon) et bientôt aussi un vin blanc ( sauvignon blanc).

C’est pour promouvoir ce savoir-faire bordelais, que le nom Lion and the Lily a été choisi. International et moderne, il est un clin d’œil à l’histoire de Bordeaux et à ses armoiries que sont le Lion et le Lys (le Lys provenant de la fleur de lys, symbole historique des rois de France et le lion étant inspiré du léopard qui tire ses origines de l’occupation anglaise et du roi Richard coeur de Lion.) 

Ces origines symbolisent la force, la beauté et le respect de la nature, des valeurs qui s’équilibrent parfaitement dans les vins de la gamme. 

Tous ces éléments m’ont été transmis dans le brief fourni par Marion, chargée  de projet chez les Vignerons de Tutiac et responsable de l’organisation de la séance photo.

Au-delà de l’appréhension des valeurs de la gamme, il me fallait comprendre les enjeux et l’univers de la séance photo. Marion m’a également transmis un moodboard et un brief très complets, me détaillant l’univers visuel et les mises en scène souhaités. 

L’organisation de la séance photo

 

Comme vous l’avez compris, je ne me suis pas chargée de la Direction Artistique sur ce shooting, puisque le cahier des charges était très clair et précis dès le départ. 

Marion s’est également chargée de sélectionner le lieu (nous avons réalisé la séance photo à l’Hôtel-restaurant de la Citadelle à Blaye), de coordonner les “modèles” et d’acheter tous les accessoires nécessaires pour le shoot. 

De mon côté, (vous vous doutez que je ne me suis pas contentée de me pointer le jour J avec mon appareil photo), le challenge a été d’intégrer les 70 et quelques pages de brief, de me les approprier, de poser toutes les questions nécessaires à la compréhension des objectifs du shooting et faire les remarques et propositions nécessaires. 

Je vous le rappelle, l’objectif du shooting était d’avoir une base de données de photos pour une durée d’un an pour les réseaux sociaux (notamment Instagram). 

Un an de contenu donc, à créer en huit petites heures.

Ça fait beaucoup beaucoup de photos (j’en ai livré au total presque deux cents !) et évidemment, il fallait que les mises en scène soient toutes relativement différentes. 

Pour réaliser autant de photos en une seule journée, il faut mettre en place une organisation quasi militaire et surtout savoir exactement quoi photographier et comment (c’est pas le jour à réfléchir mille ans à chaque mise en scène ^^).

Niveau organisation, Marion s’en est tirée avec brio ! Elle avait tout prévu, des accessoires à l’ordre d’arrivée des modèles, jusqu’au récap des mises en scène programmées.

Pour ma part (j’imagine que chaque photographe à sa méthode), lorsque je n’ai pas pris en charge la direction artistique du shooting, j’ai besoin d’un peu de temps pour m’imprégner de l’univers prévu et pour me préparer à enchaîner les prises de vue avec efficacité le jour J et atteindre le résultat escompté.

Évidemment, je n’apprends pas le brief par cœur (quoi que ^^) mais l’idée est quand même d’avoir l’ensemble des mises en scène prévues en tête, et de composer les images dans ma tête en amont pour savoir exactement où je vais le jour de la séance photo.

En gros je répète le shooting dans ma tête en avance quoi ! Un travail qui suivant le nombre de photos et de mises en scène peut durer de quelques heures à une journée entière.  

Les backstages

La séance photo : le jour J

 

Avant toutes choses, un petit rappel :

Certains d’entre-vous le savent peut-être déjà, mais en France, le droit de faire de la publicité pour les boissons est fortement limité par la loi Evin, relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme. 

Je ne rentre pas dans les détails ici mais (en très gros),  il n’est entre-autre, pas possible de publier des photos de moments de consommation un peu trop festifs et d’afficher des personnes  en train de rire avec un verre ou une bouteille à la main (si vous ne l’aviez pas remarqué, faites-y attention la prochaine fois que vous verrez des publicités pour de l’alcool !). 

Par contre, si vous avez tout bien suivi depuis le début, vous savez déjà que les vins Lion and the Lily sont destinés au marché international et non au marché français. Ce qui veut dire que les restrictions de la loi Evin ne s’appliquent pas pour ce shooting et qu’on a vraiment pu se faire plaisir sur les mises en scène ! (En tout cas, je me suis éclatée !). 

En plus, nous avons eu beaucoup de chance, la météo était avec nous ! (Bon la date a quand même été soigneusement choisie en fonction, mais souvent, on n’est jamais sûr de rien jusqu’au jour J).

Nous avons pu rapidement profiter des éclaircies de la matinée pour réaliser les prises de vue “été” au bord de la piscine et ensuite tranquillement enchaîner sur les ambiances des autres saisons.

Même si on était super bien organisés, les débuts d’un shooting sont toujours un peu plus laborieux. Le temps de se mettre en route quoi, mais ensuite, tout s’est enchaîné avec une relative facilité ! 

Au vu du programme très ambitieux de la journée, nous avions priorisé par type de mises en scène : celles qu’il fallait absolument réaliser dans la journée, et celles qui pouvaient éventuellement être zappées par manque de temps. Au final nous avons réussi à tout shooter dans les temps, et nous nous sommes quittés après une journée intense mais très productive ! 

Je suis rentrée chez moi lessivée mais super contente aussi ! J’adore ce genre de défis créatifs. En plus le shoot s’est réalisé dans une super ambiance (vous pouvez le voir sur les photos je pense) et bonus, on s’est vraiment régalé le midi (entre deux prises de vue des accords mets-vins) au restaurant de la citadelle. 

Tadaaa : Le résultat !

 

Une fois le shooting photo terminé, le travail n’est pas fini ! Il faut encore trier les photos, les sélectionner et les retoucher. Un travail minutieux qui peut prendre très très longtemps (au moins la même durée que les prises de vue), et là pour huit heures de shoot, il faut bien compter huit heures de post-traitement ! 

En général (sauf cas exceptionnel, mais je préviens toujours avant signature du devis), je traite toujours les images sous sept jours ouvrés suivant la séance photo. 

J’aime bien organiser mon agenda de façon à ne jamais planifier plus de shootings que je ne peux en traiter sur 7 jours glissants, ça m’évite de me laisser déborder par les retouches et en plus, ça permet une certaine réactivité dans le traitement des demandes clients, ce qui est quand même bien cool. 

Une fois les photos livrées, il  n’y a plus qu’à attendre impatiemment de découvrir dans quel ordre mes photos vont être postées ! Perso je suis une vraie gosse là-dessus, je suis toujours toute excitée quand je découvre mes photos sur le feed ou le site internet de mes clients (ou tout autre support d’ailleurs ^^). 

PS : Si vous aussi vous souhaitez valoriser vos produits et réaliser des photos qui reflète l’ADN de votre marque ou votre entreprise, vous savez où me trouver 😉 !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coucou

Je suis Emilie Coudoin, curieuse de tout et super bavarde ! Je suis passionnée par la photo, les voyages,  Instagram et les sushis.

⇒ Découvrir mon parcours

© Emilie photographie le monde

error: Oups ! Le contenu est protégé 🙈